Les meilleurs livres sur Frankenstein

Les meilleurs livres sur Frankenstein

Dans cet article vous trouverez les meilleurs livres (les plus populaires) sur Frankenstein.


Frankenstein (Mary Wollstonecraft Shelley)

Le livre

16 juin 1816. L’orage gronde. Dans une ville cachée au milieu des arbres, sur les bords riants du lac de Genève, une petite société s’ennuie. Il y a deux poètes, Byron et Shelley, leurs compagnes, Claire et Mary, un médecin, Polidori.

On se raconte d’horribles histoires, selon la mode du temps. On décide même d’en écrire. Dans la nuit, la jeune Mary – elle n’a pas encore 19 ans – ne peut dormir : elle rêve d’un hideux fantasme d’homme. Quelques jours plus tard naissent Victor Frankenstein et sa créature.

Récit d’une inquiétante nouveauté, vite porté à la scène, très souvent ensuite à l’écran. Devenu si mythique que, dans l’esprit du public qui a oublié Mary Shelley, le créateur et sa créature se sont confondus.

L’auteur

Mary Wollstonecraft Godwin, née à Londres en 1797, vit seule avec son père, le philosophe libertaire William Goldwin, sa mère étant morte en couches. Elle fait la connaissance du poète Percy Bysshe Shelley et devient sa maîtresse, avant qu’il ne l’entraîne en 1814 dans un long périple romantique à travers l’Europe.

Shelley l’épouse en 1816 après la mort de sa première femme. Dotée d’une grande intelligence, elle apprend le grec, le latin, le français et l’italien, et est tenue en grande estime par les amis de son mari, par Lord Byron en particulier. C’est de conversations avec ce dernier et de la lecture de romans allemands que naît son premier livre, Frankenstein ou le Prométhée moderne, en 1818.

Après la mort de Shelley, en 1822, et tout en s’attachant à la publication des écrits de son mari, Mary Shelley publie Le Dernier homme (1826), roman d’anticipation qui décrit de manière frappante la destruction de la race humaine, Perkin Warbeck (1830) et Falkwer (1837). Mary Shelley, sans avoir jamais cessé d’écrire, meurt en 1851.

Infos utiles

  • Nombre de pages : 304
  • Date de parution : 07/06/2018
  • Editeur : Pocket
  • Collection : Pocket Classiques
  • Format : 17 cm x 11 cm

Frankenstein : Mary Shelley Frankenstein (Georges Bess)

Le livre

Le cauchemar d’un monstre. La folie d’un homme.

Dans ce XIXe siècle d’innovations techniques et de révolution industrielle, la littérature anglaise a produit des figures fantastiques iconiques qui sont toujours vivantes aujourd’hui. C’est le cas du Frankenstein de Mary Shelley et de son héros au destin tragique. Un proscrit rejeté de tous et en premier lieu par celui qui le façonna.

De son délire narcissique est né un être colossal et effrayant qui témoigne de sa capacité à aimer, de son besoin de se relier et qui est condamné à la solitude, à la souffrance, à l’incompréhension et au rejet. Car cette « chose » innommable, cette monstruosité, à qui la postérité donnera le nom de son créateur, est un agglomérat de cadavres auquel Victor Frankenstein a donné la vie.

Dans la lignée de son magistral Dracula, Georges Bess signe une adaptation somptueuse du Frankenstein de Mary Shelley. On y retrouve la magie de son noir et blanc profond et élégant qui sublime la dramaturgie du récit. Une œuvre grandiose, où le trait acéré et l’encrage puissant de l’auteur expriment dans chaque case le souffle romantique de cette histoire. Celle du cauchemar d’un monstre et de la folie d’un homme. Une pépite graphique incontournable. 

L’auteur

Georges Bess se fait d’abord un nom en Scandinavie et aux États-Unis. En jouant les remplaçants de luxe auprès de tout ce que la Suède compte de dessinateurs, il se façonne, comme il le dit lui-même, une main de « mercenaire », capable dans tous les styles de surpasser ses modèles.

Fort de cette technique multiforme, il collabore à la version scandinave de Mad. De 1977 à 1987 il dessine les histoires du Phantom, fameux héros masqué bataillant contre les forces du Mal. Il rentre à Paris en 1987, où il rencontre Alejandro Jodorowsky, qui lui propose rapidement d’illustrer l’histoire du Lama Blanc. Ensemble, ils signent d’autres séries majeures : Anibal 5, une version androïde, obsédé sexuel et explosif de James Bond en 1990, Juan Solo, tueur sud-américain en 1994, récompensé par l’Alph’art du meilleur scénario au festival d’Angoulême.

En 1998 il publie son premier album en solo, dont il rêvait depuis longtemps : Escondida. Suivront d’autres magnifiques albums : BobiPéma LingLééla et Krishna, diptyque imprégné de son amour pour l’Inde. Amour qui se manifestera une nouvelle fois avec la parution de la série Le Vampire de Bénarès (Glénat) et du recueil Incredible India (Vents d’Ouest). En 2019, Glénat édite son adaptation en noir et blanc du roman épistolaire Dracula de Bram Stoker. La BD est sélectionnée au FIBD d’Angoulême l’année suivante. En 2020, Bess revient à la science-fiction est signe le premier tome du diptyque Amen dont le deuxième opus sort en 2021. Réside à Paris.

Infos utiles

  • Nombre de pages : 208
  • Date de parution : 24/11/2021
  • Editeur : Glénat
  • Collection : Hors collection
  • Format : 29 cm x 21 cm

Frankenstein et autres romans gothiques (Collectif d’auteurs)

Le livre

Un seul roman : il n’en faut pas plus à Horace Walpole pour conduire la sensibilité romanesque de son temps sur de nouvelles voies. Le Château d’Otrante (1764) inaugure le genre du récit gothique, où le passé tient le présent à la gorge et où un Moyen Âge angoissant empiète sur les Lumières.

La mixité générique de ce livre fondateur, où le sublime coexiste avec le grotesque en vertu d’un hiatus emprunté à Shakespeare, va essaimer pendant près d’un siècle. Les romanciers gothiques anglais tirent parti de la passion la plus invasive et la mieux ancrée dans la psyché : la peur. Macabres et spectaculaires, situées au cœur de demeures hantées ou de souterrains parsemés d’ossements, leurs histoires doivent produire des émotions extrêmes, en premier lieu la terreur et la pitié.

Confronté à la noirceur d’âme de «héros» monomaniaques et déviants prêts à briser tous les tabous (inceste, matricide, viol), le lecteur va de frayeur en horreur avant de compatir aux malheurs des victimes – de sexe féminin pour la plupart. En 1796, Le Moine de M. G. Lewis atteint les sommets en matière de sensationnalisme, avec une forte dimension érotique et mortifère qui fit beaucoup pour le succès de ce roman, toujours actif aujourd’hui.

En 1818, la jeune Mary Shelley parachève cette tradition en donnant naissance à une créature monstrueuse qui se nourrit des mythes de Prométhée et de Faust. Elle met en discours un concept inouï : l’assemblage, à partir de morceaux de chair morte, d’un être humain, par le docteur Victor Frankenstein, qui fait fi de la sexualité et de la reproduction biologique. Féconde invention ?

Infos utiles

  • Nombre de pages : 1440
  • Date de parution : 23/10/2014
  • Editeur : Gallimard
  • Collection : Bibliothèque de la Pléiade
  • Format : 18 cm x 11 cm

📙 Découvrir tous les meilleurs livres sur la thématique Ésotérisme.


Vous pourriez aimer également

Les meilleurs livres sur les histoires mystérieuses

Les meilleurs livres sur les histoires mystérieuses

Les meilleurs livres sur les accords toltèques

Les meilleurs livres sur les accords toltèques

Les meilleurs livres sur les runes

Les meilleurs livres sur les runes

Les meilleurs livres sur la numérologie

Les meilleurs livres sur la numérologie

Commentaires

Laisser un commentaire

Articles récents

CATÉGORIES

Envoyez nous un petit mot