Les meilleurs livres sur la guerre d’Indochine

Les meilleurs livres sur la guerre d’Indochine

Dans cet article vous trouverez les meilleurs livres (les plus populaires) sur la guerre d’Indochine.


La guerre d’Indochine (Ivan Cadeau)

Le livre

Saigon, avril 1956 : la France quitte le sol vietnamien. Après dix années de guerre et des centaines de milliers de morts, la page de l’Extrême-Orient français se referme. Au printemps 1940, l’effondrement de la France sonne le glas de l’Indochine française.

L’intrusion japonaise et le réveil des nationalismes locaux bouleversent les rapports que la métropole entretient avec le Vietnam, le Laos et le Cambodge. Fin 1946, la guerre d’Indochine commence.

Elle va durer neuf années, au cours desquelles les Français ne parviennent pas à vaincre un ennemi insaisissable. Face au renforcement du Viêt-minh, la France n’oppose que des buts de guerre mal définis et des forces insuffisantes pour les atteindre. En mai 1954, la défaite de Diên Biên Phu accélère la fin des hostilités et annonce le départ de l’armée française de l’Asie du Sud-Est.

L’auteur

Ivan Cadeau, officier et docteur en histoire, spécialiste des guerres d’Indochine et de Corée, est notamment l’auteur de Diên Biên Phu (« Texto », 2016).

Infos utiles

  • Nombre de pages : 672
  • Date de parution : 07/03/2019
  • Editeur : Tallandier
  • Collection : Texto Semi Poche
  • Format : 18 cm x 12 cm

La guerre d’Indochine (Lucien Bodard)

Le livre

Les trois volumes de La Guerre d’Indochine, pour la première fois réunis en un seul volume. Lucien Bodard balaie en près de mille deux cents pages quinze années tragiques où se mêlent l’espoir et les larmes. Parce qu’il a croisé les acteurs de cette guerre, il les fait revivre avec force : Giap, de Lattre, Bao Dai et les autres.

C’est le récit d’un auteur qui a vécu son sujet, qui sait les dangers de la jungle, la fraîcheur des hauts plateaux. Et il y a ces lieux, oubliés parfois, Dien Bien Phu, bien sûr, mais aussi Vinh Yen, Lang Son, Cao Bang, la R.C.4 … Lieux amers et drôles.

Qui se souvient du Saïgon des bandits, des piastres et des jeux, cité de jouissance célèbre dans tout l’Orient ? De l’aventure à l’humiliation, des jours tendres aux pluies cruelles, voici l’histoire d’une guerre, l’histoire de deux pays, passion désordonnée et proche où notre innocence s’est perdue.

L’auteur

Lucien Bodard, né en Chine en 1914 et mort à Paris en 1998, s’est vite imposé comme un des plus grands reporters de classe internationale. Ses articles ont fait partout sensation. De son expérience du continent asiatique, il a tiré des ouvrages fondamentaux : La Chine de la douceur, La Chine du cauchemarMao, et une trilogie consacrée à la guerre d’Indochine.

Il est également l’auteur d’un bouleversant témoignage : Le massacre des IndiensMonsieur le Consul est le premier roman de Lucien Bodard qui, d’emblée, a rallié les suffrages de la critique et du public. La qualité saisissante de cette oeuvre a valu à son auteur le Prix Interallié 1973 décerné à l’unanimité.

Infos utiles

  • Nombre de pages : 1176
  • Date de parution : novembre 1997
  • Editeur : Grasset
  • Collection : Documents Français
  • Format : 24 cm x 15 cm

Les guerres d’Indochine (Philippe Franchini)

Le livre

Au commencement, ce n’était qu’une histoire de conquêtes, d’empire et de libertés. Une histoire de fractures, de révolte et de crise. En somme, une histoire de colonisation républicaine.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, le colonisateur français devient l’agresseur. La naissance des nationalismes en Extrême-Orient et plus encore l’arrivée des communistes au pouvoir en Chine transforme alors une guerre d’indépendance en un inextricable conflit international.

De la conquête coloniale au XIXe siècle à 1949, le premier opus des Guerres d’Indochine retrace les fondements historiques de la présence française jusqu’à l’engrenage du conflit international.

L’auteur

Philippe Franchini, né à Saigon d’une mère vietnamienne et d’un père corse, est l’auteur d’une vingtaine d’essais historiques et romans sur ces deux cultures : l’Asie et la Corse. Il a par exemple publié Le Sacrifice de l’espoir, Cambodge, Laos, Viêt Nam (Fayard, 1998) ou Tonkin, colonie et nation : le delta des mythes 1873-1953 (Autrement, 1992).

L’auteur a le mérite rare de conjuguer la mémoire du témoin privilégié (son père étant le propriétaire du Continental Saigon, il y a vu se bousculer pendant trente ans tous les acteurs de la scène indochinoise), le talent de l’écrivain et le sérieux de l’historien (il s’appuie sur une documentation irréprochable).

Infos utiles

  • Nombre de pages : 670
  • Date de parution : 25/08/2011
  • Editeur : Tallandier
  • Collection : TEXTO
  • Format : 18 cm x 12 cm

La guerre d’Indochine – Racontée par ceux qui l’ont vécue (Amédée Thévenet)

Le livre

Menée de 1946 à 1954, la guerre d’Indochine constitue l’une des pages les plus méconnues de notre histoire. Sur fond de guerre froide, dans un contexte de décolonisation mondiale, elle opposa les troupes du Viêt-minh, soutenues par la Chine et l’URSS, à l’armée vietnamienne et aux minorités ethniques épaulant le corps expéditionnaire français.

Combat idéologique plus que guerre coloniale – « Mon fils n’est pas mort pour la France, mais pour le Viêt-Nam », dira le général de Lattre de Tassigny – , ce lointain conflit fut vécu en France dans l’indifférence et souvent même l’hostilité d’une opinion publique ignorante de ses causes, de ses enjeux et de son déroulement dramatique.

Bien que les livres consacrés à la guerre d’Indochine ne manquent pas, force est de constater que cette méconnaissance persiste aujourd’hui encore. Les combattants du corps expéditionnaire français, ces hommes qu avaient hier, aux côtés des Alliés, libéré la France de l’occupation allemande et venaient de délivrer l’Indochine du joug japonais, ne recueillirent ni gloire ni reconnaissance.

Non, ce n’étaient pas des soldats « maudits », mais de jeunes hommes courageux, solidaires, animés d’un sens aigu du devoir, fidèles à leur engagement.

140 d’entre eux, du général au simple soldat, tous septuagénaires au moins, témoignent aujourd’hui. Fidèles au devoir de mémoire, ils veulent que l’on se souvienne de ceux qui sont morts là-bas, que l’on sache ce qu’ont enduré les prisonniers, qu’elles ont été les souffrances, quel a été le sort de leurs compagnons vietnamiens, cambodgiens et laotiens. Sans ressentiment ils s’expriment à l’égard de l’adversaire d’hier.

Ces parlent de ce pays et de ses habitants qui ont tant souffert. Ils dénoncent la cruauté de la guerre. Ils le font avec gravité mais aussi avec humour. Il en résulte un mélange inédit d’anecdotes, de réflexions et de faits qui méritent de s’inscrire dans l’histoire.

Il en résulte un livre poignant – loin de toute apologie de la guerre – qui fait appel à l’émotion la plus pure parce qu’il est aussi un message de paix et de solidarité.

L’auteur

Amédée Thévenet, militaire en Indochine est prisonnier du Viet-Minh de novembre 1950 à septembre 1951. Fonctionnaire au ministère de la Santé, à l’inspection générale des Affaires sociales, il est l’auteur de plusieurs ouvrages concernant l’Aide sociale, mais également l’Indochine : Goulags indochinois, France-Empire, Paris, 1997 ; La guerre d’Indochine racontée par ceux qui l’ont vécue, France-Empire, Paris, 2001 ; J’ai survécu à l’enfer des camps viêt-minh, France-Empire, Paris, 2006, récit écrit à son retour d’Indochine, en 1953.

Infos utiles

  • Nombre de pages : 600
  • Date de parution : mars 2001
  • Editeur : France-Empire
  • Format : 24 cm x 16 cm

La Guerre d’Indochine – Livre avec un DVD (Patrick Buisson)

Le livre

Comme toutes les guerres, « l’Indochine » fut une sale guerre. Mais aussi une aventure héroïque et une histoire d’amour. Aventure héroïque pour le Corps expéditionnaire français composé d’hommes de toutes origines, confrontés à un nouveau type de conflit et à un adversaire aussi déterminé qu’insaisissable.

Histoire d’amour entre ces soldats de la vieille Europe et les populations issues de la cinquantaine d’ethnies qui constituaient alors le Vietnam, le Laos et le Cambodge.

Des postes perdus aux pitons isolés, des maquis thaïs aux premiers « boat-people » du Crabe-Tambour, de la tragédie de la RC4 à la chute de Dien-Bien-Phu, les soldats du Service cinématographique des Armées ont couvert les moindres instants de cette page d’Histoire. De ces années de feu et de sang, ils ont rapporté des images et des visages inattendus.

Maquisards, prisonniers marqués à jamais par l’horreur des camps, femmes et enfants fuyant les Vietminh : tous disent, encore aujourd’hui, l’abomination, la désolation et la grandeur d’une guerre perdue.

Réalisé à partir de clichés inédits de Pierre Schoendoerffer et des reporters du SCA, un film complète cet album, à lire comme un document saisissant autant qu’un irremplaçable témoignage historique.

L’auteur

Patrick Buisson, historien et politologue, conseiller politique et homme de média (LCI, Histoire), auteur de nombreux films historiques, s’est imposé en tant qu’écrivain avec des best-sellers comme 1940-1945 Années érotiquesLa grande Histoire des Guerres de Vendée et La Cause du peuple.

Infos utiles

  • Nombre de pages : 256
  • Date de parution : septembre 2009
  • Editeur : Albin Michel
  • Collection : Beaux Livres
  • Format : 29,5 cm x 23,5 cm

📙 Découvrir tous les meilleurs livres sur la thématique Histoire.


Vous pourriez aimer également

Les meilleurs livres sur Jules César

Les meilleurs livres sur Jules César

Les meilleurs livres sur le printemps arabe

Les meilleurs livres sur le printemps arabe

Les meilleurs livres sur la guerre du Golfe

Les meilleurs livres sur la guerre du Golfe

Les meilleurs livres sur Vercingétorix

Les meilleurs livres sur Vercingétorix

Commentaires

Laisser un commentaire

Articles récents

CATÉGORIES

Envoyez nous un petit mot