Les meilleurs livres sur les camps de concentration

Les meilleurs livres sur les camps de concentration

Dans cet article vous trouverez les meilleurs livres (les plus populaires) sur les camps de concentration.


Le livre des 9000 déportés de France à Mittelbau-Dora – Camp de concentration et d’extermination par le travail (Laurent Thiery)

Le livre

Un livre unique au monde.

Proche de Buchenwald auquel il était d’abord rattaché, Mittelbau-Dora fut l’un des camps de concentration et d’extermination par le travail les plus meurtriers du IIIe Reich.

D’août 1943 à avril 1945, près de 9 000 déportés de France ont creusé des tunnels pour installer un site industriel et assembler les pièces de fusées V2 censées anéantir l’Angleterre depuis le Pas-de-Calais. Plus de la moitié sont morts dans l’enfer du camp.

Qui étaient-ils ? D’où venaient-ils ? Pour quelles raisons ont-ils été arrêtés ? Que sont devenus les survivants ? Ces parcours ici relatés témoignent de l’engagement, du courage dont ont fait preuve ces déportés, résistants pour la plupart, mais aussi des souffrances terribles qu’ils ont endurées.

Tous nous semblent familiers tant, jusqu’à la guerre, leur destin semblait se fondre dans celui des hommes de leur époque : ouvriers, fonctionnaires, ingénieurs, artisans, étudiants ou vétérans de 1914-1918…

Au fil des pages, nous découvrons Pierre Walter, jeune militaire de 22 ans, qui tentait de rejoindre les Forces française libres ; Émile Fabre, 50 ans, arrêté pour résistance communiste dans les Bouches-du-Rhône ; Robert Bailly, 20 ans, Jurassien, réfractaire au STO ; Isidore Haggai, 32 ans, tailleur à Paris, arrêté au motif qu’il ne portait pas l’étoile jaune.

Depuis Roger Abada jusqu’à Benjamin Zyman, en passant Stéphane Hessel et Simone Veil, ces notices biographiques, enrichies d’un index par département, retracent l’histoire d’un pan entier de la déportation dans toutes ses composantes et sa complexité.

Fruit de près de deux décennies de recherches, du recoupement de milliers d’archives, de la mobilisation sans précédent d’historiens, de professeurs, d’archivistes, de bénévoles, Le Livre des 9 000 déportés de France à Mittelbau-Dora rend enfin justice à l’engagement et au combat mené par les déportés contre le nazisme.

L’auteur

Laurent Thiery, docteur en histoire et historien à La Coupole depuis 2013, est spécialiste des questions de répression et de déportation. Il est aujourd’hui membre du comité scientifique de la Fondation de la Résistance et président du comité scientifique pour le projet de rénovation du Mémorial de l’internement et de la déportation de Compiègne-Royallieu.

Infos utiles

  • Nombre de pages : 2456
  • Date de parution : 10/09/2020
  • Editeur : Le Cherche-Midi
  • Collection : Documents
  • Format : 30 cm x 23 cm

Résumé en vidéo


Les derniers – Rencontres avec les survivants des camps de concentration (Sophie Nahum)

Le livre

Ils ne sont plus nombreux à pouvoir témoigner des camps de concentration. À peine une centaine d’hommes et de femmes, qui se sont longtemps tus face à une France d’après-guerre peu encline à les écouter.

Rescapés grâce à une succession de hasards avant tout, ils ont su se reconstruire avec un courage remarquable.

Sophie Nahum est allée à la rencontre des « Derniers », ces résilients hors du commun, dont Ginette Kolinka et Élie Buzyn, pour une série de documentaires courts, de laquelle résulte ce livre choral.

Leurs témoignages croisés se font écho tout en laissant apparaître la singularité de chaque destin. Ainsi, les derniers survivants de la Shoah nous offrent – 75 ans après la libération d’Auschwitz – un regard poignant sur leur vécu.

L’auteur

Sophie Nahum est réalisatrice de documentaires depuis plus de 15 ans. Après avoir travaillé pour les grandes chaînes, et notamment Arte, elle décide de produire ses films de manière indépendante. Young et moi (2015, primé au FIGRA) fut le premier, suivi par le projet « Les Derniers » auquel elle se consacre entièrement depuis trois ans.

Infos utiles

  • Nombre de pages : 247
  • Date de parution : 21/01/2020
  • Editeur : Alisio
  • Format : 22 cm x 14 cm

Ressources inhumaines (Fabrice D’Almeida)

Le livre

Quelle était la durée du temps de travail d’un gardien de camp de concentration ? Préférait-il jouer aux cartes, pratiquer la boxe ou se délasser en lisant un roman policier ? Sa famille vivait-elle avec lui ? Il n’existait aucune étude systématique des gardiennes et des gardiens.

A partir des archives de la SS et des dossiers constitués après 1945 lors de l’épuration, Fabrice d’Almeida reconstitue la stratégie de gestion des ressources humaines que Himmler et ses adjoints ont mise en œuvre, non seulement pour permettre aux bourreaux d’accomplir leur office, mais surtout pour éviter qu’ils s’ennuient.

A Auschwitz, les gardiens n’ont pas seulement exterminé des femmes et des enfants, ils ont aussi tué le temps. Les tueurs nazis ont joui de loisirs savamment organisés alors qu’à la même époque les surveillants du Goulag étaient laissés dans une condition à peine supérieure à celle des détenus.

En adoptant l’angle de vue des tueurs, le livre ne prétend pas excuser leur crime. Mais ce regard dérangeant dévoile le management de l’entreprise SS et les choix des leaders nazis dont l’ambition était de donner à leurs auxiliaires une vie agréable. Jeux, lectures, cinémas, théâtres, bordel et vie de famille : le temps libre était pensé dans le détail.

Tout cela banalisait la nature du «travail».

L’auteur

Fabrice d’Almeida est professeur à Paris-II et à l’Institut français de presse. Il a notamment publié La Vie mondaine sous le nazisme (Perrin, 2006) et présenté les mémoires inédites de Carl Schrade, Le Vétéran (Fayard, 2011). Il anime « La case du siècle », consacrée aux documentaires historiques, sur France 5.

Infos utiles

  • Nombre de pages : 210
  • Date de parution : 31/08/2011
  • Editeur : Fayard
  • Format : 21 cm x 13 cm

KL – Une histoire des camps de concentration nazis (Wachsmann Nikolaus)

Le livre

Le camp de concentration (KL) est constitutif du nazisme.

Il en est le miroir le plus fidèle. Dès les premières heures du régime, il sert d’abord à éliminer les opposants politiques dans des bâtiments réquisitionnés en pleine ville, puis très vite est érigé hors des zones urbaines selon une architecture particulière.

De concentration des prisonniers sans droits, il élargit ses fonctions selon les besoins de l’État : instrument de la terreur idéologique, il devient la machine de l’épuration sociale (malades mentaux, asociaux, homosexuels), le centre d’une économie du travail par le mortel esclavage de la main-d’œuvre (les prisonniers russes et les Slaves au premier chef), un univers de convois ferroviaires et de rampes de sélection, d’expérimentations médicales selon les pathologies des différentes catégories de déportés, l’épicentre enfin du génocide des populations juives et tziganes en provenance de tous les pays occupés.

D’emblée, le camp fut le règne de la violence absolue, sitôt que la garde en fut confiée à la SS des camps dont les rangs s’ouvrirent aux militants de base sans autre formation idéologique que les sanglantes batailles de rues.

Le camp ne répond pas seulement aux évolutions du régime nazi, il est un univers en soi avec ses propres règles, mélange de bureaucratisme tatillon et d’arbitraire déchaîné, sur lequel entend régner Himmler. Un univers dont les Allemands ne pouvaient ignorer l’existence, tant il fit l’objet de reportages écrits, radiophoniques et cinématographiques afin que chacun sache de quel prix se payait la moindre dissidence.

Un univers dont nombre de survivants périrent aux dernières heures dans les marches forcées par lesquelles les nazis voulurent effacer les traces de leur crime devant la progression des armées russes et alliées.

L’auteur

Nikolaus Wachsmann, professeur d’histoire contemporaine à Birkbeck College (université de Londres), a écrit la première histoire globale du camp nazi de 1933 à 1945, puis de sa survivance dans la mémoire occidentale. Un de ces livres majeurs qui, par le recours à des milliers de pages d’archives administratives ou de témoignages personnels, par le jeu d’échelles du centre du pouvoir hitlérien à la condition du détenu au ras de son châlit, marquent une étape dans la discipline.

Infos utiles

  • Nombre de pages : 1168
  • Date de parution : 02/11/2017
  • Editeur : Gallimard
  • Collection : Nrf Essais
  • Format : 22 cm x 14 cm

Le livre de la déportation (Marcel Ruby)

Le livre

Il y a cinquante ans, les troupes alliées, au fur et à mesure de leur avance, libéraient les camps de la mort et révélaient au monde l’horreur du système concentrationnaire nazi. Les camps de concentration, en particulier ceux de Buchenwald, Dachau et Ravensbrück et les camps d’extermination surtout Auschwitz ont fait l’objet de nombreux essais et témoignages.

Mais Le Livre de la déportation est le premier ouvrage d’ensemble sur les douze camps de concentration et les six camps d’extermination bâtis par l’empire SS. Grâce à lui, nous les découvrons l’un après l’autre, avec leur histoire, leur organisation, la vie et la mort de leurs victimes, un sinistre « bilan » fondé sur des documents irrécusables et des témoignages de première main, illustré par des cartes et des photographies.

En décrivant les camps de concentration peuplés notamment de résistants de toute l’Europe, et en confirmant par le texte et l’image la spécificité du génocide condamnant les Juifs à mort uniquement parce qu’ils étaient nés juifs, ce livre rappelle aussi que, pour Hitler, les handicapés, les homosexuels, les Tziganes étaient également voués à l’anéantissement.

Un ouvrage unique qui fait date et deviendra un livre de référence.

L’auteur

Marcel Ruby, agrégé de l’Université, docteur d’État ès lettres ; commandeur de la Légion d’honneur, fut résistant au mouvement Combat dans la région Rhône-Alpes et grièvement blessé au maquis. Il est l’auteur d’une biographie de Jean Zay, d’essais (Le Solidarisme, Economie et solidarité) et de nombreux ouvrages sur la guerre (La Guerre secrète : les réseaux Buckmaster), la Résistance (La Résistance à Lyon, Prix littéraire de la Résistance, 1983) et la Déportation.

Infos utiles

  • Nombre de pages : 451
  • Date de parution : janvier 1995
  • Editeur : Robert Laffont
  • Format : 24 cm x 15 cm

📙 Découvrir tous les meilleurs livres sur la thématique Histoire.


Vous pourriez aimer également

Les meilleurs livres sur Jules César

Les meilleurs livres sur Jules César

Les meilleurs livres sur le printemps arabe

Les meilleurs livres sur le printemps arabe

Les meilleurs livres sur la guerre du Golfe

Les meilleurs livres sur la guerre du Golfe

Les meilleurs livres sur Vercingétorix

Les meilleurs livres sur Vercingétorix

Commentaires

Laisser un commentaire

Articles récents

CATÉGORIES

Envoyez nous un petit mot